La plus prestigieuse des compétitions de football du continent, la CAN (Coupe d’Afrique des nations de football) sera en 2021 à sa 33e édition. Après un décalage au niveau de la période, c’est le retour à la case départ.

Les raisons d’un retour

Pour la deuxième fois après 1972, l’organisation de la compétition est revenue au Cameroun. Si le pays de Samuel Eto’o n’a pas pu assurer cette organisation deux ans plutôt à cause du retard constaté dans la mise en place des infrastructures, notamment la construction des stades, l’année prochaine sera certainement la bonne.

Lors de la dernière édition en Egypte, des changements importants avaient été opérés. Les plus importants sont en plus du passage de 16 à 24 équipes, la modification de la date à laquelle la compétition a lieu. Ainsi, nous sommes passés de janvier à juin, avec entre autre argument de mettre fin au bras de fer club – sélection à l’approche de la CAN et assurer une meilleure visibilité.

Effectivement, ce décalage a facilité la libération des joueurs africains par leurs clubs, et a permis au tournoi d’être largement suivi à travers le monde. Mais cette décision n’a pas eu l’adhésion de tous. Elle a dès le départ soulevé des inquiétudes : en effet, il pleut pratiquement sur tout le continent africain dans la période de juin à août. Il est donc difficile voire impossible d’organiser des compétitions dans cette période.

C’est justement cette raison qui a poussé les autorités camerounaises à saisir la Confédération Africaine de Football (CAF) afin de négocier d’un possible retour de la CAN en début d’année.
Décision approuvée par la direction de la CAF. Ainsi, la prochaine coupe d’Afrique des nations aura bel et bien lieu au Cameroun du 09 janvier au 06 février 2021.

Retours aux problèmes aussi

Si les raisons météorologiques ont contraint les dirigeants de la CAF à revenir à l’ancienne période, c’est aussi un retour aux problèmes que la nouvelle période résolvait. Ainsi, la question est de savoir si les clubs européens accepteront de perdre des joueurs clés toute la durée de la compétition, soit un mois voire plus avec les préparations, avec tous les risques que ça contient.

Des clubs comme Liverpool et Arsenal qui misent beaucoup sur leurs stars africaines par exemple, accepteront-ils de laisser aller leurs meilleurs éléments en plein boxing day ?

En attendant de trouver les réponses à cette question, que les prières commencent pour ramener la coupe au bord de la lagune Ébrié !

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

185 millions de F CFA pour financer 360 projets des jeunes d'Attécoubé

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

Agir pour les jeunes II : Témoignage de bénéficiaire