Depuis le week-end dernier, la toile ivoirienne est sous le choc après le viol d’une fillette de 3 ans, dans le village de Boré-Ettienkro – à 25 km de Dimbokro. La victime, Bouassa Ahou Océane, a d’abord été enlevée, violée et abandonnée dans un état critique. Transférée au CHU de Cocody à Abidjan, la fillette est malheureusement décédée ce lundi 30 septembre. Si le violeur court toujours, les autorités font ce qu’il faut pour l’appréhender. Selon le code pénal ivoirien, le violeur de la petite Ahou risque la prison à vie.

Ce que dit la loi

Selon l’Article 403 du code pénal ivoirien, « constitue un viol, tout acte de pénétration vaginale, anale, buccale ou de quelque nature qu'il soit à but sexuel imposé à autrui sans son consentement en usant d'une partie du corps humain ou d'un objet, par violence, menace, contrainte ou surprise » ou encore, « constitue également un viol, tout acte de pénétration vaginale, anale, buccale ou de quelque nature qu'il soit à but sexuel commis sur un mineur de quinze ans, même avec son consentement ».
En Côte d’Ivoire, le viol est puni d'un emprisonnement de 5 à 20 ans. Cependant, des circonstances aggravantes peuvent conduire à un emprisonnement à vie du coupable. L’article 404 du code pénal ivoirien stipule que, « lorsque le viol a entraîné une mutilation ou une infirmité permanente ou la mort de la victime  - le viol est puni de l'emprisonnement à vie ».

Plusieurs chefs d’accusation

Dans le cas d’espèce, la petite Ahou est une mineure et selon ce qu’on sait, ce viol a d’abord gravement endommagé l’appareil génital de la fillette de 3 ans ce qui a conduit à son décès dans le bloc opératoire du Chu de Cocody. Il apparaît clairement que le viol est la cause de son décès prématuré. Il va s’en dire que le coupable, en plus des charges d’enlèvement et de viol qui pèsent sur lui, s’est rendu coupable d’homicide.
En espérant que la famille de la petite Ahou se remette de cette grosse perte, c’est le lieu d’attirer l’attention des jeunes sur la conscience morale et à la prudence. Les prédateurs ne sont jamais loin de nos enfants.

Justice pour Ahou !

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

185 millions de F CFA pour financer 360 projets des jeunes d'Attécoubé

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

Agir pour les jeunes II : Témoignage de bénéficiaire