Lumière éteinte, volume en plein extase, curiosité au sommet vers le grand écran, tel était le tableau que laissait voir la salle de projection de l’Institut Goethe ce 14 février lors de l’avant- première de ligne 19. Un film-documentaire d’Owell Brown qui relate un pan de l’histoire de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire et l’accident tragique d’un bus de la ligne 19.

Un hommage aux victimes 

Vendredi 05 août 2011, date marquant le réveil difficile de la Côte d’Ivoire d’une crise postélectorale à la suite du second tour de la présidentielle 2010. Deux jours avant la célébration de la fête de l’indépendance, les abidjanais se réveillent avec des larmes aux yeux, un bus de la Société de transport abidjanaise (SOTRA) de la ligne 19 termine sa course dans la lagune ébrié du côté du pont Félix Houphouët-Boigny. Ces deux faits aux conséquences semblables ont servi de prétexte au réalisateur Owell Brown pour son nouveau film dénommé « Ligne 19 ».
Justifiant le choix de sa production, Owell Brown affirme qu’il est important pour le cinéma ivoirien de s’approprier l’histoire du pays, aussi douloureuse soit-elle. A travers ses dires, il entend rendre hommage à toutes les victimes :

« C’est aussi un devoir de mémoire, un hommage à ceux qui sont partis durant cet accident et aussi durant la crise postélectorale. Le cinéma à cette force-là ».

Un film qui touche à la sensibilité 

Le synopsis tente de toucher à la fois la sensibilité et la curiosité des cinéphiles :

« Août 2011. La guerre est finie depuis trois mois déjà ; la vie reprend peu à peu son cours normal. Chacun avec son lot de souffrance essaie de se reconstruire au sortir de cette crise. Malheureusement, une tragédie vient à nouveau plonger le pays dans un drame. Ces vies et ces univers si différents les uns des autres étaient loin d'imaginer se croiser brutalement le matin du vendredi 05 Août 2011 sur le pont Félix Houphouët Boigny, à la faveur d’un accident du bus Ligne 19. »

Dans le film, on retrouve des acteurs comme Ahmed Souané, Esther Uha, George Taï Benson, Roger Pegard, Awa Koné, le chanteur Shado Chris, la slameuse Amee. Ce film qui dure 1 H 25 minutes se distingue par l’esthétique du jeu de ses acteurs.  Il est aussi un appel à la cohésion sociale et à la paix. 

La diffusion officielle est prévue du 22 février au 22 mars 2020 dans les salles de cinéma Majestic.

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

185 millions de F CFA pour financer 360 projets des jeunes d'Attécoubé

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

Agir pour les jeunes II : Témoignage de bénéficiaire