Le Hackathon national CivAgriHack a connu l'apothéose de son étape de Gagnoa, le 6 décembre. Trois équipes sont parvenues à décrocher leur qualification pour la finale nationale. 

3 équipes qualifiées sur 7

Dans la ville de Gagnoa, la compétition s'est déroulée du 03 Décembre au 06 Décembre 2019. Sur les sept (7) équipes, trois (3) sont parvenues à se qualifier pour la grande finale prévue du 17 au 20 décembre 2019. Ce sont, du premier au troisième, EvaZat, les élites et Young African Technology. 

Le Hackathon national CivAgriHack qui est à sa deuxième édition est une compétition de développement d’e-Services. Elle parcourt les grandes villes de la Côte d’ Ivoire, en vue de susciter la créativité des jeunes, pour trouver des solutions technologiques, aux problèmes du monde agricole. 

Les domaines de spécialité concernés par la compétition sont les suivants : développement d’application, agronomie, économie, communication et marketing, environnement et protection de la nature, commerce, transport et logistique et transformation de produits agricoles.

Susciter des solutions technologiques pour le monde agricole 

Organisée par le Ministère de l’Economie Numérique et de la Poste (MENUP) et le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER), en 2018, au-delà du concours de présentation de projet de chaque équipe, les participants bénéficient d’une formation intensive sur l’entrepreneuriat dans le secteur de l’e-agriculture. 

En 2018, la compétition a vu s'affronter dix projets lors de la grande finale : 

Korhogo : 

  • Nouvelle vision : Projet ivoire karité, qui est une plate-forme de valorisation du Beurre de Karité produit en Côte d’Ivoire.
  • Felicia : Plate-forme de collaboration entre tous les acteurs avec l’introduction des TIC tout en privilégiant la solidarité entre les petits producteurs. 

Bouaké : 

  • Alone : ATA SOLUTION, un dispositif électronique permettant, à des capteurs implantés dans le sol, de recueillir ses constantes (température, humidité, pH, ...)
  • Kilimo : Application web et mobile qui s’attaque aux difficultés de commercialisation des récoltes, au manque de formation des agriculteurs sur les nouvelles techniques agricoles et au manque de mains d’œuvre pour les plantations. 

Yamoussoukro : 

  • EMCI : Plateforme Agrikity qui permet aux cultivateurs de vérifier l’authenticité des produits phytosanitaires.
  • FIE : Projet BIOGWA, qui est un assistant de gestion en agriculture biologique. 

Daloa : 

  • Agriform : Projet qui a pour but de faciliter l’accès à la formation et à l’information sur l’agriculture.
  • Gagie: Le projet Glogloè est une plateforme de monitoring et d’automatisation du système d’irrigation et d’entretien des plantations de riz et de cultures maraîchères. 
  • Ingénieur du virtuel : Agriconcept, une plate-forme de mise en relation des structures de location de matériels agricoles et les paysans dans le but de réduire la pénibilité du travail.
  • Biosave : Application mobile conçue pour sensibiliser les agriculteurs, à la fabrication et à l’utilisation d’engrais et d’insecticides bio. 

Abidjan : 

  • Innov-Agri : PHYTO-TECH, une application multi-dialecte, qui permet au paysan de suivre des formations audios en langue locale sur l’utilisation des produits phytosanitaires.
  • AGEEKCULTEURS AYIYIKOH : AgriCare est la clinique virtuelle du producteur agricole. Elle est constituée de plusieurs e-services. 
  • AGRI HELP CENTER : Agri help center propose une application fonctionnant sans internet qui permettra aux paysans de mieux commercialiser leur production au travers de notre vaste réseau d’acheteurs. 
  • IVOIRE CHAT BOT : Met en relation producteurs et acheteurs et permet aux producteurs d’avoir plusieurs clients, de fixer son prix grâce à un bot qui donne des informations à travers un dialogue automatisé.

 

Le premier prix  de l’édition de 2018 a été remporté par l’équipe Gagie et son projet Glogloè. 

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

185 millions de F CFA pour financer 360 projets des jeunes d'Attécoubé

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

Agir pour les jeunes II : Témoignage de bénéficiaire