Au Rwanda, trois élèves ont développé une application pour lutter contre la corruption. Dans la pratique, cette application permet de signaler des faits de corruption aux autorités compétentes.

Un déclic venu d'un fait vécu

Monica Kirabo, Angela Izi Nkusi et Odile Abimana ont été sidérés par une histoire que leur a racontée un de leurs amis.  Il y a deux ans, un ami leur a expliqué que son père avait été obligé de verser un pot-de-vin à un policier, après une infraction de la route. Selon leur ami, son père n'avait pourtant commis aucune infraction. C'est de là qu'est né le déclic.

Dénoncer pour dissuader

Les trois élèves ont donc décidé de créer cette application pour mettre fin à ces pratiques qui sont nombreuses dans le pays. Dans son fonctionnement, l'application permet de signaler des cas de corruption, afin d'inviter les autorités à les analyser puis à prendre des mesures adéquates. L'application servira donc d'interface entre les populations et les autorités judiciaires, pour que les faits de corruption ne restent pas impunis.

Ce n'est pas la première application de ce type qui existe dans le pays. Déjà, Transparency International Kenya a développé l'application Action for Transparency App (A4T App), qui fonctionne sur le même principe.

Les trois initiatrices qui fréquentent le Gashora Girls Academy, ont annoncé qu'elles prendraient attache avec les autorités compétentes pour que l'application soit réellement d'utilité publique.

 

 

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

185 millions de F CFA pour financer 360 projets des jeunes d'Attécoubé

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

Agir pour les jeunes II : Témoignage de bénéficiaire