Pour une jeunesse qui peine à trouver un emploi, l’entrepreneuriat devient le recours le plus simple et elle s’y adonne sans maîtriser ses rouages. Certains salariés n’hésitent pas à démissionner et à faire le grand « saut ». Mais que peut-il bien y avoir derrière toute cette tendance ? Quels sont les pièges à éviter lorsqu’on se lance dans cette nouvelle aventure ?

Salarié(e) ? Ne démissionne pas tout de suite !

Si tu as un travail qui paie tes factures, même si tu le détestes aujourd’hui, ne démissionne pas tout de suite. Tu pourras y songer après avoir au moins 6 mois d’économies te permettant de couvrir tes dépenses de vie (loyer, alimentation, transport, enfants etc.).

Évite de vouloir tout faire en grand dès le départ.

Le monde de l’entrepreneuriat demande certes de grandes ambitions, mais il ne t’est pas nécessaire dès le début, de commencer « grand ». Si ton activité nécessite un bureau, pourquoi ne pas aménager un espace de la maison ? Pourquoi ne pas te tourner vers un espace co-working ? Il ne t’est pas nécessaire d’embaucher du personnel si les contrats que tu as peuvent être gérés par des free-lancers ou du personnel de circonstance. Cela encore va te demander un minimum de moyens financiers alors qu’il faut minimiser les dépenses au risque d’être étouffé par les charges.

Ne jamais courir après les titres

Il est bien de vouloir te faire connaître et d’être reconnu(e) dans ton domaine, mais ce n’est pas essentiel. Cela va te puiser de l’énergie et de donner encore plus de stress que tu n’en as déjà. Assure-toi tout simplement de fournir un service de qualité ; tes clients se feront le soin eux-mêmes de faire ta publicité comme on le dit.

L’argent de ton entreprise n’est pas ton argent

L’argent de ton entreprise n’est pas ton argent de poche. Force-toi au maximum de ne point y toucher. La  survie de ton entreprise dépend du rapport que tu auras avec elle et ce qu’elle te rapporte. Alors réfléchis bien avant de poser un quelconque acte.

Ne privilégie pas l’argent avant tout

L’argent n’est pas tout. Plusieurs entrepreneurs témoignent avoir reçu de grandes ouvertures après avoir effectué des choses de façon bénévole et désintéressée pour des personnes qui les avaient sollicités. Lorsque l’on te demande un travail, ne demande pas « vous me payez combien ». Propose une marge, mais soit plutôt intéressé(e) à rendre un travail irréprochable. Le reste suivra.

Sache pour finir que chaque personne est un être à part entière ! Chacun a son chemin ;  certaines personnes sont faites pour exceller en entreprise et d’autres réussissent en bâtissant  leurs propres empires.  

 

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

185 millions de F CFA pour financer 360 projets des jeunes d'Attécoubé

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

Agir pour les jeunes II : Témoignage de bénéficiaire