"Une séance de chicha d’environ une heure équivaut à 100 cigarettes". Au vu de ce rapport de l'OMS, certains États s'intéressent de plus en plus au danger que représente ce nouveau mode de tabagisme, dit "tabagisme aromatisé".

Les États africains sont particulièrement concernés. En Afrique, les bars à chicha se sont démocratisés dans la plupart des grandes villes.

Ainsi, le gouvernement Ghanéen, à travers l'autorité des produits alimentaires et médicamenteux, prend les choses en main. Désormais, les opérateurs des établissements de chicha doivent se conformer à la loi, autrement, ils peuvent encourir des peines de prisons (3 ans au moins) et des amendes administratives (4000 dollars américains).

Comme exemple de mesures, pour être conforme, les établissements doivent enregistrer les produits rentrant dans la préparation des chichas et afficher clairement et de façon visible les mises en garde sur les dangers du tabagisme.

Par cette loi, le gouvernement Ghanéen entend instaurer un environnement sain, propice au développement des jeunes en société.

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

185 millions de F CFA pour financer 360 projets des jeunes d'Attécoubé

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

Agir pour les jeunes II : Témoignage de bénéficiaire