Le 23 avril dernier, a été lancé, au Malawi, Ghana et au Kenya, le tout premier test grandeur nature d’un vaccin contre le paludisme.

« Mosquirix » de son appellation, a nécessité 30 ans de travaux et des investissement colossaux, prêt d’un milliard de dollars fiancés en partie par le fond mondial de lutte contre le paludisme et l’Unicef.

Cependant, l’efficacité de ce vaccin est relative. En effet, les premiers tests menés de 2009 à 2015 n’ont été concluants qu’à 39% chez les personnes vaccinées. 

L’OMS tient à préciser que, même si ce vaccin est imparfait, il représente un fort potentiel pour sauver des vies et atteindre les objectifs fixés en matière de santé mondiale, mais surtout, dans les pays africains. 

Rappelons qu’avec 90 % des personnes mortes de la malaria en 2017, l'Afrique est le continent le plus atteint par cette maladie. Les enfants de moins de 5 ans représentent plus des deux tiers de ces décès.
 

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

185 millions de F CFA pour financer 360 projets des jeunes d'Attécoubé

Focus Emploi Jeunes

VIDÉO AEJ

Agir pour les jeunes II : Témoignage de bénéficiaire